Catégories

Un mineur de 17 ans peut-il voyager seul ?

Un mineur de 17 ans peut-il voyager seul ?

Un enfant de 17 ans peut voyager avec ses deux parents sans aucune complication. Mais seul, son déplacement ne pourra être possible qu’en suivant les règlementations prévues par la loi.

En France, toute personne âgée de moins de 18 ans peut, seule, prendre la route avec une autorisation parentale et d’autres, justificatifs. Voici toutes les conditions requises pour faire voyager un mineur de 17 ans.

A lire en complément : Passeport : les différentes durées de validité

Les conditions juridiques

Les pièces à présenter pour le voyage d’un mineur sont les mêmes que pour un adulte. Au sein de l’Union européenne avec un VISA SCHENGEN ou à domicile, une carte d’identité suffira.

Mais pour le cas d’un voyage à l’internationale, le mineur doit détenir un passeport, une autorisation ESTA ou un VISA.

Lire également : La eSIM : une alternative plus flexible des cartes à puce

Dans le cas où le mineur de 17 ans voyagerait seul, il faut penser à l’autorisation parentale et à la lettre de consentement des deux parents.

Il ne peut présenter le livret de famille pour l’embarquement. Néanmoins, la permission de sortir de territoire qui était autrefois délivré par la mairie locale fut supprimée depuis 2013. Le voyage des mineurs ou adolescents n’est plus très problématique.

Par ailleurs, le cas des mineurs émancipés sous ordre juridique est différent. La loi leur octroie le même droit que les adultes. Donc, ils peuvent voyager sans assistance.

Compte tenu de l’exigence du pays destinataire, d’autres documents peuvent être nécessaires pour le voyage d’un mineur de 17 ans sans aucun parent.

Sous responsabilité de la compagnie de voyage

Les entreprises de transport (avion, train, bus) disposent souvent d’un service d’assistance aux mineurs qui voyage seul.

Pour ce qui concerne les compagnies aériennes, le dispositif légal mis en place est dénommé UM. C’est-à-dire, enfant mineur non accompagné.

Mais avant tout, ce service implique un coût supplémentaire et dont les offres diffèrent d’une compagnie à une autre.

Seul, l’adolescent de 17 ans peut bénéficier d’une assistance et d’un suivi particulier, jusqu’à la destination.

Cependant, lors des formalités d’embarquement le parent ou le tuteur qui a confié son enfant, doit préciser le nom de la personne qui viendra le récupérer à la descente.

Avec le suivi d’une tierce personne

Si les conditions juridiques sont remplies, un mineur peut voyager seul sous la surveillance d’une tierce personne. C’est d’ailleurs ce qui se passe dans les avions pour les enfants UM.

Donc, à défaut d’un accompagnateur légal, si un enfant doit voyager seul, il faut le confier à un convoyeur.

De plus, si une connaissance fiable part dans le même endroit, il peut être sollicité pour avoir un regard sur les mouvements de l’enfant.

C’est une option de double sécurité pour faire voyager son enfant qui n’a pas encore atteint la majorité d’âge. Toutefois, cela est plus approprié pour les trajets en train ou en bus.

Autre condition de voyage pour mineur seul

Dans certaines situations particulières, un mineur peut voyager seul. Par exemple, dans un cadre médical ou de réfugié.

Pour un voyage médicalisé, tout est organisé par l’Etat, même si les parents n’ont pas les moyens nécessaires. Rien n’échappe aux assistants qui sont chargés de surveiller l’enfant malade, dans l’avion.

Pour le triste cas des adolescents réfugiés qui se retrouvent sans parents, il n’y a pas de grand suivi. Ce sont les associations ou les personnes de bonne volonté qui se chargent de faire déplacer ces enfants vers un pays d’asile.

Les préparatifs nécessaires avant le départ

Les préparatifs nécessaires avant le départ d’un mineur sont multiples et doivent être minutieusement organisés. Il est impératif de vérifier que toutes les pièces, telles que le passeport et l’éventuel visa, sont en règle et à jour. Il faut bien étudier les modalités du voyage, notamment pour s’assurer qu’il n’y a pas de correspondances difficiles à gérer ou des temps d’attente trop longs entre deux vols ou deux trains. Il ne faut pas hésiter à solliciter l’aide des transporteurs si besoin.

Il faut sensibiliser le jeune voyageur aux règles élémentaires du voyage. Par exemple, insister sur la nécessité de garder toujours avec soi ses documents importants comme son passeport, sa carte d’embarquement ainsi que tous ses effets personnels.

Une ultime recommandation serait peut-être celle-ci : penser à anticiper toutes les éventualités. Prévoir un peu plus large dans la durée du séjour par rapport aux besoins réels permettra au mineur qui voyage seul de faire face plus facilement aux aléas tels que des retards ou même des annulations imposées par la situation actuelle (crise sanitaire).

Les conseils pour rassurer le mineur et ses proches avant le voyage

Le voyage en solitaire peut être source d’angoisse pour un mineur comme pour ses parents. Dans ce contexte, il faut rassurer la famille et le jeune concerné avant son départ.

Il faut bien expliquer au mineur les règles à suivre lors des différentes étapes du voyage. Il ne doit pas hésiter à poser toutes les questions qui lui viennent en tête afin de dissiper tous les doutes qu’il pourrait avoir.

Il faut veiller à ce qu’ils soient équipés avec des masques, du gel hydroalcoolique ou d’autres dispositifs nécessaires selon leur destination.

La communication est aussi un élément clé dans cette situation délicate. Le mineur doit être encouragé à tenir régulièrement informée sa famille de son voyage et cela implique souvent plusieurs appels téléphoniques durant le trajet ainsi que l’utilisation des réseaux sociaux ou des applications mobiles dédiées aux voyages. Les parents peuvent se renseigner auprès des services consulaires (ambassades ou consulats) français présents dans le pays du séjour du mineur afin d’être conscients des dernières dispositions prises par ces autorités en matière de sécurité sanitaire et consulaire.

Si possible, accompagner son enfant jusqu’à la zone sécurisée prévue pour l’embarquement permettra aux deux parties une transition plus sereine quant au moment crucial où ils devront se séparer. Effectivement, cela offrira au mineur la possibilité de s’acclimater à l’environnement et aux procédures aéroportuaires qui peuvent être parfois déstabilisantes pour un enfant seul.

Voyager en solitaire est une expérience riche en découvertes mais peut générer du stress et de l’anxiété chez les parents ainsi que chez le jeune voyageur concerné. Il faut bien préparer ce genre de voyage en amont afin que tout se passe pour le mieux. Les conseils mentionnés précédemment peuvent aider à rassurer l’ensemble des parties prenantes dans cette situation particulière.

Articles similaires

Lire aussi x